Publié par

La mort est un processus administratif assez rodé dans notre société. Il existe de l’aide, des professionnels de la mort et des procédures établies pour aider les proches à prendre en charge les acquis du défunt sont là. Des lois et règlements sont là pour encadrer la succession des actifs du défunt chez différentes institutions.

On meurt aussi en ligne

En 2010, on existe aussi en ligne. On a parfois des sites ou un blogue hébergé à un endroit en particulier. On a peut-être un profil sur Facebook. Faites une recherche de votre prénom et de votre nom sur Google. Vous serez en mesure de constater le nombre parfois élevé d’endroits où nous sommes répertoriés.

Présentement, les procédures pour informer ces différents fournisseurs de la toile qu’un de leurs membres est mort sont pour le moins vagues. Souvent, il n’y a pas de mention dans leurs pages d’aide ou dans leur fameuse entente d’utilisation du site. On doit leur avisé par courriel et tout est traité au cas par cas. Internet est jeune et a longtemps été surtout utilisé par des jeunes. La mort pour les jeunes c’est loin, très loin.

Je sais que Facebook peut mettre un profil personnel in memoriam. On ne le voit plus dans la recherche et on peut plus le demander en ami. Toutefois, ses amis actuels peuvent écrire sur sa page.

OpenID à la rescousse!

La venue du standard OpenID qui permet de fédérer et centraliser notre nom d’utilisateur et mot de passe à un seul endroit sur internet est probablement le meilleur espoir, à mon avis pour réduire les frustrations. Si votre fournisseur OpenID a une procédure claire pour léguer l’authentification du défunt à vos propres, ils seront en mesure de prendre en charge votre identité numérique. Une sorte de procuration numérique.

On n’est pas rendu à la rivière

En faisant quelques recherches avec les principaux fournisseurs OpenID, aucun n’offre ce service à l’heure actuelle. Aussi, OpenID est loin d’avoir un taux d’adoption acceptable pour régler cette morbide question. Les principaux sites de réseaux sociaux sont des fournisseurs OpenID, mais n’acceptent pas l’authentification OpenID eux-mêmes. Assez illogique.

Croyez-vous que ça serait une solution réaliste à ce problème?

Catégories: Médias sociaux, Web sémantique
Mots-clés: , , , , ,

À propos de l'auteur

Nicolas Roberge
Nicolas Roberge
Président et conseiller stratégique

En plus de diriger Evollia, Nicolas conçoit les solutions d'affaires électroniques pour nos clients. Il les conseille pour leur permettre de mieux bénéficier des technologies émergentes pour accroitre leur compétitivité. En savoir plus

  • http://www.google.com/profiles/climenole Claude LaFrenière

    Il existe par contre une solution pas trop mal dont j’avais parlé à l’occasion d’un commentaire sur la cyberpAressse (Vos infos en ligne: accessibles à tous après votre mort ? | Le blogue de l’édito http://j.mp/8Zn0OO) mais les commentaires sont désormais inaccessibles…

    En voici donc un extrait:

    «Je crois que ce problème devrait faire l’objet d’une attention particulière de la part des notaires lors de la rédaction des dispositions testamentaires afin de clarifier les choses.

    Il serait possible par exemple de prévoir une disposition testamentaire qui donnerait aux exécuteurs testamentaires les instructions sur ce qu’il faut faire des dossiers numériques du défunt de même que les identifiants et les mots de passe pour accéder aux ressource protégées afin d’en disposer selon le vœux de la personne décédée.

    D’une façon plus générale il s’agit de la question de la gestion de l’identité numérique.

    Il existe présentement au moins une solution (gratuite!) offerte par VeriSign avec le Personnal Identity Portal qui permet tout à la fois de gérer son identité numérique et, avec l’option File Vault, de conserver sécuritairement des documents confidentiels.

    Il serait possible par exemple d’y déposer la liste des identifiants, des mots de passe et des disposition testamentaires et d’inclure dans le testament le mode d’accès à ce « File Vault ». Si bien que l’accès à ces documents serait précisée dans le testament alors que les accès aux autres ressources le seraient via la liste déposée dans ce « File Vault ».

    De cette façon il suffirait de mettre à jour la liste des identifiants/MdP dans le document conservé dans le File Vault sans avoir à changer les testament chaque fois que les Identifiants/MdP sont ajoutés ou modifiés…

    Références: { VeriSign Personnal Identity Portal } https://pip.verisignlabs.com/
    »

    Qu’en pensent les autres lecteurs d’Ovologic?

  • http://www.ovologic.com/ Nicolas Roberge

    Que ça soit dans un endroit aussi sécurisé que le produit de Verisign ou autre, c’est certain que ça simplifierait le transfert des différents mots de passe.

    Mais, Claude tu dois convenir que ça prend une rigueur hors de l’ordinaire pour cataloguer tous ses mots de passe sur les dizaines voir des centaines de sites qui comporte une authentification.

    Du moins, de prévoir donner l’accès au compte de courriel à la succession permettrait de faire un bon bout de chemin. Les fonctionnalités de rappel de mot de passe feraient un grand bout de chemin.

    En résumé, il y a une opportunité d’affaires à saisir pour ceux qui veulent se lancer! :-)