Publié par

Pour donner suite à la victoire de Savoir-Faire Linux sur la RRQ, les groupes d’opposition ont voulu un engagement du gouvernement libéral à ne pas porter cette cause en appel. Je trouve ça surréaliste et rassurant de voir un débat technologique dans cette enceinte. Un vrai plaisir à regarder. Je salue Gérard Delltell de l’ADQ et Marie Malavoy du PQ d’avoir posé ces questions.

Dépenses en TI au gouvernement : dans les milliards

Selon différentes sources, les dépenses en technologie de l’information au gouvernement du Québec représentent environ 1,2 milliard à 2 milliards par année. Il est difficile d’avoir le chiffre exact, car chaque ministère et organisme a son propre poste budgétaire en TI. Même si le CSPQ regroupe certains services, cet organisme refacture les clients gouvernementaux.

Les TI doivent être présentes dans l’espace politique

Les projets en informatique sont mentionnés dans la période de questions seulement lorsqu’il y a dépassement, et ce, souvent après un rapport du vérificateur général. Les dépenses en santé, en éducation et en transport sont omniprésentes dans l’espace politique, mais il serait très important pour les politiciens de tous les partis à prendre leurs responsabilités à s’y intéresser.

Les TI représentent des sommes importantes. Les choix des types de projets et leurs orientations technologies peuvent influencer grandement la qualité de prestation de services aux citoyens. En somme, mêlez-vous de vos affaires, chers députés.

Mise à jour 23:00 : On m’a signifié que Marie Malavoy a amené cette question habillement à la Ministre Gagnon-Tremblay lors de l’étude des crédits pour le Conseil du Trésor.

Le secrétaire associé, Alain Parenteau fait fausse route dans ses explications. Les logiciels modernes sont en très grande majorité interopérables. Il a déjà de toute façon des impacts quand on met à jour une version d’un même logiciel. Faut pas que les députés prennent ce genre d’explications comme du cash.

Aussi, la réponse de la Ministre Gagnon-Tremblay sur une politique officielle en faveur des logiciels libres n’a pas de lien avec la question de Mme Malavoy. On ne jette pas à la poubelle ce qu’on a payé pour. Il faut en intégrer lorsqu’il y a besoin de renouveler les systèmes.

Catégories: Non classé
Mots-clés: , , , , , , , ,

À propos de l'auteur

Nicolas Roberge
Nicolas Roberge
Président et conseiller stratégique

En plus de diriger Evollia, Nicolas conçoit les solutions d'affaires électroniques pour nos clients. Il les conseille pour leur permettre de mieux bénéficier des technologies émergentes pour accroitre leur compétitivité. En savoir plus

  • http://www.patricecaron.com/pingfm.php Patrice Caron

    Je ne comprend pas pourquoi les libéraux sont autant sur la défensive….

    On voit clairement que l’on a affaire à des experts en politique et non des experts en TI.

    Pourquoi un appel ? Pour que ça coûte encore plus chère ?

  • http://www.ovologic.com/ Nicolas Roberge

    Moi non plus je ne comprends pas pourquoi ils sont sur la défensive. Ils n’ont qu’à répondre positivement. La période de questions n’a pas toujours besoin d’être un combat de coq.

    Mais, est-ce que ce jugement annule le contrat à la RRQ? Les achats et les déboursés reliés à ce contrat, ils font quoi avec ça?

  • http://blog.cotte.ca André Cotte

    Une belle prestation de l’opposition. C’est une des premières fois qu’on parle de l’option du logiciel libre à l’Assemblée nationale.

    Quant à l’appel, je le souhaite quasiment car chaque fois que ce gouvernement a fait la sourde oreille au libre, cela nous a donné plus de visibilité dans les médias.

  • http://www.patricecaron.com/pingfm.php Patrice Caron

    Non, le contrat n’est pas annulé… ca aurait pas de bon sens quand même. Je crois que ca rembourse les frais d’avocat à SFL.

    Mais le CSPQ viens de sortir un appel d’offre de qualification de fournisseur pour le LL.
    http://www.seao.ca/OpportunityPublication/avisconsultes.aspx?ItemId=ede3b7c8-612a-4995-b713-152427e93641&COpp=Search&SubCategoryCode=&callingPage=2&VPos=

    Un des problèmes avec un appel, c’est que ca va encore couter des sous à SFL et que ca demeure un moyen d’étouffer la poursuite… raison ou pas!