Publié par

Amazon a lancé hier sa nouvelle tablette Kindle Fire qui sera munie du nouveau fureteur Silk. Amazon a profité de son avantage et sa connaissance du cloud computing pour créer un fureteur très léger en déplaçant la majorité du traitement pour afficher des pages web dans son architecture EC2 sur le nuage.  Ceci est une excellente démonstration comment on peut revoir l’architecture d’un système avec ce nouveau changement de paradigme dans le monde des technologies de l’information. Ainsi, Amazon envoie uniquement le rendu et le nécessaire à la minuscule tablette. L’échange de données entre les serveurs d’Amazon et la Kindle Fire sera limité et optimisé pour augmenter la vitesse de navigation et améliorer l’expérience utilisateur.

Je vous invite à regarder cette vidéo qui explique très bien le concept :

Cette innovation va encore plus loin que la philosophie Chrome de Google. Google travaille d’arrache-pied à optimiser le code source du fureteur installé chez le client. Le fureteur de l’utilisateur doit donc toujours bâtir les pages web avec ses différents éléments (images, sons, feuilles de style, etc.) et ce logiciel doit être mis à jour localement lorsque de nouvelles versions sont disponibles. Toutefois, cette idée s’inspire de Google Mobilizer qui transforme une page web standard en sa version plus adaptée au mobile.

Pour en savoir plus sur Amazon Silk, veuillez visiter le blogue officiel.

Catégories: Communication graphique, Infonuagique
Mots-clés: , , , , , , , , , ,

À propos de l'auteur

Nicolas Roberge
Nicolas Roberge
Président et conseiller stratégique

En plus de diriger Evollia, Nicolas conçoit les solutions d'affaires électroniques pour nos clients. Il les conseille pour leur permettre de mieux bénéficier des technologies émergentes pour accroitre leur compétitivité. En savoir plus