Publié par

Le web est devenu un média grand public. Les sites accueillent de plus en plus de visiteurs et c’est devenu une préoccupation pour la totalité des opérateurs des grandes destinations web comme Google, Facebook, Twitter, LaPresse.ca ou Radio-Canada.  Mais, ce qui est le navrant c’est que plusieurs propriétaires de sites web n’en tiennent pas compte et ne se soucient pas assez de la robustesse de leur hébergement web.

Le site web : un investissement important à protéger

Un site web est un investissement important. Ils sont soucieux de l’image véhiculée par site web et n’hésitent plus à investir les sommes requises pour appuyer leur image de marque. Après toutes ces démarches stratégiques, plusieurs se tournent vers des solutions d’hébergement rudimentaires qui ne sont pas prévues pour des hausses d’achalandage de visiteurs sporadiques. Ils construisent une superbe maison qui sera installée sur une fondation en bois d’écorce en quelque sorte.

Le 15 minutes de gloire arriva

La hausse de trafic web est souvent imprévisible. Par exemple, un nouveau portail web s’est présenté à l’émission Dans l’oeil du dragon à Radio-Canada. L’entreprise connaissait la date et l’heure de diffusion. Malgré cela, le site affichait l’erreur fatidique 503 Service Unavailable qui signifie site non-disponible dès le début de son pitch devant les dragons. L’entreprise aurait pu accueillir des milliers de nouveaux visiteurs. Des hordes de téléspectateurs auraient pu s’inscrire sur le site et devenir de nouveaux clients pendant la diffusion. Cela ne s’est pas produit. Le site est revenu en ligne quelques heures après la diffusion. Les téléspectateurs se souviendront-ils du nom et de l’adresse web? On leur souhaite et permettez-moi d’en douter.

Cette heure de gloire arrive à tous les propriétaires de site. Un grand blogue ou un site d’un média électronique fera un hyperlien un jour ou l’autre vers votre site. Votre entreprise sera mentionnée à la radio ou à la télévision par un client notoire. Les auditeurs iront voir votre site à cet instant. On ne peut pas toujours le prévoir.

Comment profiter de son heure de gloire

Aucun entrepreneur ne veut manquer son heure de gloire. Ces moments sont déterminants dans le développement de l’entreprise. L’hébergement a beaucoup évolué et les technologies qui ont permis aux importantes destinations web de croître à un prix raisonnable sont accessibles à tous depuis environ 7 ans. L’hébergement en nuage ou cloud hosting permet de varier les ressources matérielles requises en fonction de l’achalandage du site.

Les options d’hébergement en nuage

Il existe deux solutions principales pour héberger son site sur le cloud. L’une d’elles est simple et peu flexible. L’autre est complexe et très flexible.

PlateformeS pour applications cloud

La nomenclature de ce service reste à définir. Les expressions anglophones sont prédominantes. On utilise souvent aussi Platform-as-a-Service (PaaS) ou Cloud Application Hosting. Ces services ont été pensés pour les développeurs d’applications qui veulent s’éviter la configuration de serveurs. L’offre de ces plateformes est croissante et souvent limitée pour des technologies très précises. On n’a qu’à penser à .NET, PHP, Ruby, Python et Java. Certaines vont jusqu’à proposer leur propre langue de programmation. Les fournisseurs connus sont AppFog, Cloud Foundry, Engine Yard, Google App Engine, Heroku et Windows Azure. Il y en a un tas d’autres avec chacun leurs particularités.

Ces offres ont l’avantage d’être simples à déployer, mais elles ont le défaut d’être restrictives. Si votre application demande peu d’adaptations pour s’y conformer, c’est une excellente option sans tracas.

Balance de charge virtuelle

Les très gros sites utilisent davantage l’option Infrastructure-as-a-Service. Leurs choix technologiques exigent une configuration sur mesure. Cette option s’apparente davantage à l’hébergement plus traditionnel sur plusieurs serveurs. Pour se protéger contre les hausses de charge de trafic, on doit surveiller la santé de nos serveurs. S’ils deviennent trop lents, on ajoute des serveurs pour les soulager. Ainsi, on peut configurer 2 serveurs web de base quand c’est tranquille et monter jusqu’à 100 serveurs si on le souhaite en l’espace de 10 minutes. C’est Amazon Web Services qui a popularisé ce service.

Le réglage de la taille du parc de serveurs peut se faire manuellement ou par programmation. La capacité d’augmenter le parc rapidement et substantiellement est l’avantage du cloud computing sur l’hébergement traditionnel sur des machines physiques.

Le désavantage de cette solution est sa complexité. Elle demande des connaissances approfondies en configuration serveur et une maîtrise des techniques de déploiement d’application web. Lorsque des nouvelles machines s’ajoutent à votre parc informatique virtuel, elle devra avoir une copie de votre site à jour. Ça peut devenir vite compliqué, mais c’est parfois nécessaire de choisir cette voie quand notre site n’est pas conventionnel.

Ce qu’il faut retenir pour l’hébergement web en 2013

  • Il ne faut pas sous-estimer nos besoins
  • La qualité de notre hébergement web affecte notre crédibilité d’entreprise
  • Il ne faut pas manquer son 15 minutes de gloire
  • On aura tous notre 15 minutes de gloire
  • Êtes-vous prêt à recevoir beaucoup de visites?

Chez Evollia, nous hébergeons tous nos sites sur des infrastructures en nuage. Nos clients apprécient la stabilité et la fiabilité que cela leur procure. Leur site répond toujours à toute heure de la journée. Ils ont la paix d’esprit.

D’ailleurs, un de nos clients en commerce électronique a augmenté ses ventes en  hébergeant simplement son site chez nous. Il devrait manquer des ventes lors des heures de pointe de magasinage quand son site ne suffisait plus à répondre.

Aucun chef d’entreprise ne veut manquer son 15 minutes de gloire. L’hébergement doit être pris au sérieux.

Catégories: Étude de cas
Mots-clés: , , , , , , , ,

À propos de l'auteur

Nicolas Roberge
Nicolas Roberge
Président et conseiller stratégique - Jeune personnalité d’affaires 2015 – Technologie et recherche

Nicolas Roberge est président et conseiller stratégique. Nicolas met à contribution son expérience et sa vision pour moderniser les processus d'affaires de nos clients. Il vous permettra de réinventer votre entreprise avec les moyens d’aujourd’hui, en développant une stratégie numérique Web adaptée à votre domaine d’affaires. En savoir plus