Publié par

Louise Bluteau

Certains le savent, Audrey entamera un congé parental dès le mois de septembre. Afin d’assurer une continuité des affaires et un niveau d’expertise à la hauteur des attentes de la clientèle, j’ai le plaisir de vous présenter Louise Bluteau-Marceau qui assurera l’intérim pendant la prochaine année à mes côtés.

Louise occupera le rôle de Directrice-conseil en expérience client numérique. Elle a obtenu un baccalauréat en design graphique en 2010 et puis elle a complété sa maîtrise en Design multimédia et design d’interfaces en 2011.

Elle a occupé successivement des postes d’Ergonome d’interfaces et de Conseillère en expérience utilisateur chez Cossette, Zengo (devenu Sigmund), Tink, au Secrétariat du Conseil du trésor et chez Taleo.

Louise assura les responsabilités de charge de compte, de chef de pratique UX et de conseillère senior au sein de l’équipe. Elle collaborera étroitement dans l’élaboration de nos plans de stratégie numérique de nos clients et s’assurera que nos projets numériques répondent bien aux réels objectifs des utilisateurs.

Nous sommes très heureux de te compter parmi nous Louise et bon succès dans tes nouvelles fonctions!

Publié par

Nicolas Roberge lauréat Prix Inspire 2016

Le 16 juin dernier, j’ai eu l’immense honneur d’être nommé parmi les 20 entrepreneurs de la première édition des prix Inspire de la Jeune chambre de commerce de Québec en collaboration avec le Journal Les Affaires. Lorsque j’ai connu l’identité des autres lauréats, j’ai été très étonné de figurer parmi des personnalités avec autant d’envergure.

Lors de la soirée, j’ai appris davantage sur le processus de sélection et j’ai été surpris davantage que mon nom ait été retenu. Le comité de sélection a analysé plus de 100 candidatures d’entrepreneurs de la région de Québec ayant moins de 40 ans qui avaient été suggéré par des membres de la Jeune chambre. Les 20 lauréats ne savent pas qu’ils étaient en candidature. Un vrai vote du public!

Plusieurs gagnants sont des amis, de bonnes connaissances et même des clients comme Jonathan Parent de Shareapass, Jean-Michel Lebeau de Cortex Média, Chantal Bourgault et TurbulencesTaylor Ireland des Ateliers de conversation anglaise, David Poulin de Nova Film, Vincent Thériault de Surmesur et Louis Tremblay d’AddÉnergie.

Certains autres lauréats ont des réputations qui les précèdent comme Charles Auger et Dominique Brown de Chocolats Favoris, Nicolas Chabot de JobillicoArnaud Marchand de Chez BoulaySteve Morency de Yuzu Sushi et Marie-Pier St-Hilaire d’AFI Expertise.

J’ai également découvert d’autres entrepreneurs inspirants et leurs entreprises florissantes dont Marie-Claude Chevrette d’Éconeau, la première entreprise spécialisée en système de récupération d’eau de pluie du Québec, Charles Hubert-Déry de Budgeto, une application de budgets en ligne pour entrepreneurs, Miguel Duarte e Sousa d’Ambioner, une firme de génie mécanique et électrique du bâtiment qui se spécialise dans l’efficacité énergétique, Christian Fournier de Ventilation C.F.,  entreprise se spécialisant dans la ventilation, la climatisation et la réfrigération, Pierre-Olivier Mercier de WLKN, un détaillant de vêtements de type «Street Wear», et François-Thomas Michaud de Feldan Therapeutics, une entreprise qui développe des technologies destinées au secteur de la médecine régénératrice.

Lauréats Prix Inspire 2016

Félicitations à vous tous car je connais très bien les sacrifices et les efforts que vous avez déployés pour vous rendre là.

Pour terminer, voici une vidéo qui a été présentée lors de la soirée mettant en vedette des figures emblématiques du milieu entrepreneurial de Québec. Bon visionnement!

Crédit photo Martin Desaulniers

Publié par

FB_IMG_1460501527660

J’ai eu le plaisir de partager la scène avec ma collègue, mon amie et mon associée chez Evollia, Audrey Marcotte, au Web à Québec cette année. Pour cette 6ième édition, nous avons préparé une conférence sur nos observations et constats que nous avons eus dans notre pratique d’accompagnement des PME dans le virage numérique.

Pourquoi tarde-t-on à prendre le virage numérique?

Absence de la culture techno dans les entreprises

Nous avons parlé d’abord de la déresponsabilisation de la main-d’oeuvre vis-à-vis la technologie dans les entreprises, la concentration des technologies au sein d’un seul département, les TI, alors que ça devrait être l’affaire de tous. Quoiqu’ils sont entourés par la techno à la maison, ils jouent souvent la carte de l’ignorance au travail. Cette attitude est généralement tolérée en entreprise quoiqu’il y ait un poste informatique sur chaque bureau depuis plus de 25 ans. Ce n’est pas nouveau la techno.

Préconditions qui ne seront jamais comblées

On dirait que l’accès internet ne sera jamais assez abordable, assez rapide et assez accessible. On nous sert constamment une pluie d’excuses pour retarder des initiatives numériques. En proposant des services en ligne, c’est évident que certains groupes de personnes seront défavorisés. Offrons des services numériques à la majorité et gérons les exceptions cas par cas. Si on attend de réunir l’ensemble des conditions gagnantes, on aura la même discussion dans 10 ans.

Faible tolérance au risque

Nous avons présenté cette citation de Mark Zuckerberg:

Dans un monde qui évolue très vite, la seule stratégie qui est vouée à l’échec de façon garantie est de ne pas prendre de risques.

En vieillissant, on a tendance à prendre de moins en moins de risques. C’est la nature humaine. C’est le même phénomène pour une entreprise. La tolérance au risque diminue au fur et à mesure qu’une organisation prend de l’âge. Quand une entreprise démarre, elle embrasse le risque. Elle est le risque! Une fois qu’elle a atteint la maturité, c’est le contraire. On vient même à encourager ceux qui minimisent le risque.

Clientèles numériques incomprises

Quant aux clientèles numériques, Audrey a répété qu’il faut les sonder pour connaître leurs réelles attentes envers l’entreprise. Les directions d’entreprise se forgent des idées parfois abstraites, simplistes et souvent erronées de leurs clients numériques. Ceci a pour conséquence de prioriser de mauvais projets n’apporteront pas les résultats espérés.

Nous avons présenté quelques exemples flagrants où l’expérience client numérique était déplorable. Audrey a terminé cette partie avec une question essentielle que toute entreprise doit se poser à notre époque:

Pour un client numérique, est-ce facile de transiger avec vous?

Manque de leadership techno

Pour ma part j’ai expliqué qui s’intéresse aux technologies dans les organisations. Les départements marketing ont une bonne vision sur les transformations dans la clientèle et les départements TI ont une bonne compréhension des technologies à venir. Toutefois, les départements en marketing et les technologies de l’information n’ont pas le mandat ni les budgets pour investir dans la transformation requise pour une entreprise qui désire de réinventer pour s’adapter à notre équipe. Le marketing sont responsables de développer, de comprendre et de rejoindre les clientèles et les TI sont responsables de la stabilité opérationnelle de l’entreprise. Ces mandats contradictoires amènent une confrontation naturelle entre ces deux fonctions de l’entreprise.

Pour sortir de cette impasse, c’est le chef de l’entreprise, le président, qui doit prendre le leadership sur le virage numérique. Il doit posséder la vision numérique et la communiquer  à l’ensemble des départements afin qu’ils aient des mandats forts pour réaliser cette importante transformation.

Des solutions pragmatiques

Un plan numérique

La solution selon nous est une démarche sérieuse de planification pour établir une stratégie numérique. Une fois les besoins de la clientèle numérique sont clairs, il est possible d’imaginer et de réaliser des initiatives numériques qui apporteront une réelle valeur à cette nouvelle clientèle. Une démarche qui se décline en quatre étapes:

  1. Identifier les opportunités et défis dans l’entreprise
    1. Peut-on surprendre nos clients avec la techno?
    2. Qu’est-ce qui est difficile à rendre comme service traditionnellement et qui serait simplifié avec le numérique?
    3. Qu’est-ce qui va mal actuellement dans l’entreprise? Est-ce que la techno peut résoudre ou atténuer la problématique? La techno peut-elle régler des vieux problèmes jamais résolus à ce jour?
    4. Où perd-t-on de l’argent? La techno peut-elle réduire et optimiser nos coûts d’opérations?
  2. Identifier les besoins non répondus et les objectifs spécifiques aux clients numériques
  3. Développer une vision propre à l’environnement numérique (objectifs clairs communiqués à tous)
  4. Identification d’initiatives technos et les inscrire dans un backlog de projets

Hiérarchisation lean des initiatives numériques

Parmi les initiatives identifiées dans le plan lesquelles apporteront le plus de valeur aux clients numériques? Ce n’est pas toujours celles les plus sexy ni les plus compliquées. Si ce n’est pas perceptible par la clientèle, ça ne vaut pas la peine d’y penser.

D’ailleurs cette hiérarchisation des initiatives s’applique à l’ensemble des dépenses technologiques. Ainsi, les mises à jour de progiciels ou de systèmes d’exploitation auront moins d’importance. Au fond, dans une entreprise avec un réel focus client, ce n’est pas ça qu’on doit faire?

Se rapprocher des clientèles numériques

Il faut réduire les obstacles pour aider nos clients à transiger avec nous. Quant aux solutions technologiques, favorisez l’infonuagique, ou le cloud, car vos systèmes seront autant accessibles par votre clientèle et par vos employés.

Aussi, utilisez les mêmes technologies que ces derniers. Arrêtez de leur demander de se conformer et de venir à vous. Prenez une douche d’humilité et allez vers eux. Votre site n’est pas la fin en soi. L’endroit où se fera la transaction n’a pas d’importance. C’est la transaction en soi qui importe. Rejoignez des plateformes déjà achalandées ou vous éviterez de bousculer leurs habitudes de consommation (marketplaces, réseaux sociaux, appareils mobiles).

Les questions qui tuent

Au final, il faut se poser les questions suivantes. Pour votre clientèle numérique…

  • Est-ce facile de devenir client chez vous?
  • Est-ce facile d’acheter chez vous? De vous donner de l’argent pour vos produits et services?
  • Peuvent-ils transiger entièrement en ligne avec vous? Couvrez-vous l’ensemble du cycle de vie du client (acquisition, vendre, servir, soutenir, fidéliser)?
  • Si c’était à refaire, qu’est-ce que vous feriez différemment dans le monde de possibilités dans lequel nous vivons?

Pour terminer, voici le visuel de notre présentation.

(Crédit photo Francis Bouchard)

Publié par

Les8JPA2015

La Jeune chambre de commerce de Québec (JCCQ) tenait hier soir le Gala Jeune personnalité d’affaires Banque Nationale Groupe financier, au Théâtre du Capitole de Québec.

J’ai finalement pu y assister!

J’ai finalement pu assister au gala puisqu’aucun signe du bébé ne s’était manifesté au cours de la journée. Comme si elle (bébé no 3) voulait que j’aille au gala! 🙂

Le concours Jeune personnalité d’affaires (JPA) est un concours qui met en valeur de jeunes gens d’affaires de la région de Québec qui se distinguent sur le plan professionnel et personnel. Chaque année, huit personnalités d’affaires sont nommées dans les secteurs d’activités représentatifs. Parmi les huit lauréats et gens d’affaires de la région dont je fais partie, c’est Vincent Bergeron qui a remporté le titre de la Jeune personnalité d’affaires 2015.

Quelques mots sur le grand gagnant

Vincent_bergeron

Vincent Bergeron, gagnant du concours JPA

Pour ma part, c’est un honneur d’avoir été aux côtés de Vincent Bergeron, un gars entier et vrai. Comme associé, avocat et agent de marques de commerce au cabinet ROBIC, il se spécialise dans les domaines de la propriété intellectuelle et des technologies de l’information. Il travaille aux côtés de mes amis Nicolas Sapp et Jean-François Journault. À seulement 31 ans, il est notamment cofondateur de la platefome de sociofinancement La Ruche et s’implique dans la communauté avec les entreprises en démarrage. Je salue son courage et son audace.

Fait étonnant, nous avons un point en commun moi et Vincent: nous attendons tous les deux une petite fille. Encore félicitations pour le prix et le futur bébé!

Retour sur mon expérience

Nicolas et Steve JCCQ

Nicolas et Steve Ross, président de la JCCQ


Pour ma part, je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont supporté et encouragé dans ce processus de sélection. Et ça me fait chaud au coeur de savoir qu’on avait proposé ma candidature. C’est avec fierté que je pense à cette belle expérience que je peux ajouter à ma feuille de route. C’est un honneur d’être parmi les grandes pointures qui m’ont précédé dans cette catégorie. Je suis très reconnaissant envers les personnes qui ont m’ont encouragé lorsque ça comptait le plus. Je tiens à mentionner mon épouse Isabelle qui n’a pas pu assister au gala. Je suis fier aussi de m’être lancé en affaires. Ça été la réalisation la plus satisfaisante de ma carrière parce que ça m’a permis de partager activement ma vision des opportunités du numérique qui construisent à mon humble avis le futur de l’économie du Québec.
Enfin, je veux surtout qu’on reconnaisse le courage et l’audace de ceux et celles qui ont décidé de se lancer. Ils l’ont fait par conviction, car c’est la seule chose qu’ils voulaient faire de leur vie.