Le coût d’hésiter de vendre en ligne

Par : Stéphanie Dionne
Publié le : 2015-03-26

Lors du Sommet du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), j’ai assisté à la conférence de clôture donnée par Jacques Nantel intitulée Lorsque le coût de ne rien faire est largement plus élevé que le prix du changement. C’était annonciateur du ton de sa conférence. Il incite les commerçants à passer à l’action. Percutant, il nous présente les résultats des ventes en magasins et en ligne de Bureau en gros entre 2008 et 2013. Le constat est simple, si Bureau en gros n’avait pas investi dans son commerce en ligne, en 2013 il aurait constaté un manque de revenu de l’ordre de 2 milliards de dollars.

La clientèle numérique se développe de plus en plus et le risque pour les commerçants est d’y perdre une part de marché s’ils ne les suivent pas là où elle se trouve. Le commerce en ligne est donc un incontournable parce qu’il offre un accès à des produits de niche,  accessibles au plus bas prix, et ce, dans les meilleurs délais.

La conclusion de sa conférence énonce les facteurs de succès pour le commerce au détail d’aujourd’hui. Il se compose d’une expérience en magasin exceptionnelle pour son public cible (qu’il appelle sa tribu). Cette expérience doit donner l’accès à des produits de gammes plus spécialisées tout en offrant à sa tribu un service à la clientèle à valeur ajoutée et l’accès à un programme de fidélisation notable doublée d’une expérience Web optimisée pour rejoindre sa tribu numérique.

Chez Evollia, c’est exactement ce que nous travaillons à réaliser pour nos clients; bâtir une stratégie numérique optimisée pour obtenir des gains à court terme. Suite à notre présence au Sommet 2015 du CQCD, nous réalisons une dizaine de diagnostics visant l’optimisation de la présence Web des commerces que nous avons eu le privilège de rencontrer.

C’est le succès Web de chacun de nos clients qui est au coeur de nos préoccupations.