Nos travaux pour les élections seront présentés au Open Data Conference 2015

Par : Nicolas Roberge
Publié le : 2015-04-21

Nos travaux pour les élections seront présentés au Open Data Conference 2015

Dans un panel intitulé Data + Elections,  je présenterai nos travaux pour les élections municipales de 2013 et les provinciales générales de 2014 où les données ouvertes étaient la pierre angulaire de la conception des systèmes. La présentation aura lieu la première journée de la conférence qui se tiendra du 28 au 29 mai à Ottawa. Cette conférence est à sa troisième édition. La précédente édition en 2012 s’est déroulée à Washington DC.

Pour nos travaux, les données ouvertes ont permis de transmettre ouvertement en toute transparence les résultats bruts des élections à quiconque qui voulait les vérifier, les compiler et les diffuser. Deuxièmement, elles ont permis de simplifier la conception de la solution technique pour permettre l’affichage des résultats sur un site web extrêmement achalandé avec les technologies infonuagiques.

Les données ouvertes étaient donc une couche incontournable de la solution sur laquelle les sites gouvernementaux officiels des résultats, les médias (télé et web) et les développeurs lisaient tous pour diffuser les résultats des élections. Trop souvent, les données ouvertes ne sont qu’une exportation des fichiers plats pour fins de transparence. Dans ce cas-ci, elles faisaient partie intégrante de la solution.

Je serai dans la piste intitulée Impact. J’ai identité trois impacts concrets de cette approche.

D’abord, le Ministère des Affaires Municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire et le Directeur général des élections du Québec ont pu assurer l’intégrité des données de résultats à travers toutes les plateformes incluant celles gérés par des tiers. Tous les diffuseurs incluant les sites web officiels du gouvernement lisaient les mêmes données. Aucune disparité ne fut possible.

Deuxième impact fut la réduction des coûts de développement. En utilisant les données ouvertes pour les sites officiels de résultats, l’offre en données ouvertes s’est fait à coût nul. Aucun développement informatique supplémentaire n’a été requis pour offrir des données ouvertes aux citoyens.

Le troisième impact et non le moindre, cette stratégie a permis de simplifier les aspects techniques de la solution informatique. Cette simplification a réduit les risques d’anomalies et a augmenté considérablement la fiabilité de la solution. Cette simplicité a permis de configurer un hébergement web dans le nuage permettant un achalandage événementiel gigantesque.

Pour terminer, je vous invite à prendre connaissance d’une conférence uniquement sur les élections municipales avec un focus sur l’aspect cloud présentée en mars 2014 au Web à Québec.

Si vous voulez y assister, il suffit de se rendre sur le site pour s’inscrire. Au plaisir de rencontrer d’autres passionnés des données ouvertes!